Etat désastreux des Archives: sauver la mémoire de Genève

Le député MCG Roger Golay avait, au début des années 2010, tiré la sonnette d'alarme face à l'état désastreux des Archives d'Etat. Le Grand Conseil a voté ce mardi 12 mai le nouveau bâtiment des archives qui se situera à l'emplacement de la caserne à la rue de l'Ecole-de-Médecine. L'enjeu est capital: sauver la mémoire de Genève!

L'original des "Franchises" d'Adhémar Fabri, texte fondateur de la République genevoise daté de 1378, figure dans nos Archives d'Etat comme de nombreux autres documents et pièces importants. C'est la mémoire de Genève qui se trouve en ces lieux, c'est pourquoi nous nous réjouissons de l'acceptation du crédit par le Grand Conseil qui permettra ainsi la réalisation de ce bâtiment ô combien nécessaire alors que les bâtiments actuels, peu sûrs, menacés de dégradations si rien n'était fait.

Quant aux objections que nous pouvions avoir sur l'emplacement du bâtiment près de l'Arve, elles ont pu être levées en raison des garanties qui nous ont été apportées, notamment par la Confédération.

Trop longtemps nos Archives d'Etat ont été négligées au profit d'autres projets immobiliers jugés plus valorisants par nos édiles alors que l'histoire de Genève fait partie de notre identité.

On déplorera que la superficialité de notre époque nous fait oublier les valeurs profondes qui sont ancrées dans notre patrimoine collectif historique.

C'est tout l'enjeu de ce nouveau bâtiment des Archives d'Etat: une mémoire vivante pour Genève!

Commentaires

  • Exact, les Archives sont importantes et doivent être protégées et valorisées !

    Si tel n'était pas le cas, que transmettrons-nous aux générations qui vont nous succéder ?

    Des SMS, des bla-bla-bla des réseaux sociaux ?

  • Excellente nouvelle, mais je me demande quand même bien comment la proximité de l'Arve pourrait ne plus poser un gros problème. Quelles sont donc les garanties apportées? Les Archives seront-elles entreposées uniquement dans les étages? Je ne suis pas convaincu et suis surpris que dans tout le canton on n'ait pas réussi à trouver un endroit plus sûr.

Les commentaires sont fermés.