On se réveille avec une urgence épidémique

Alors qu'en 2019 on a beaucoup disserté sur l'urgence climatique, on se réveille douloureusement avec une urgence épidémique que personne n'a vu venir.

Si un train peut en cacher un autre, une urgence peut en dissimuler une autre. En 2019, nous nous sommes inquiétés quant à une urgence climatique qui s'est fait attendre un peu, mais nous avons eu droit en 2020 à une urgence épidémique qui nous est tombée sur la tête.

L'avenir de notre planète a laissé place au présent et au futur immédiat de l'humanité, qui est devenue l'urgence absolue.

En effet, la pandémie que nous avons traversée pose les vraies questions. Nous nous sommes trompés collectivement. Les vieilles idéologies ont fait faillite. Le modèle libéral et néo-libéral a montré ses limites, comme le modèle socialiste (ou communiste), comme le nouveau modèle écologiste qui ne change rien fondamentalement et une donne pas de vraies réponses.

Seul un système protectionniste, fondé sur une économie de marché, pourra nous donner des solutions efficaces afin de répondre aux enjeux du temps présent.

La crise épidémique démontre que la réponse est locale.

Elle révèle que l'essentiel est l'humain, concret et réel, que la protection de Genève est l'essentiel, non une idéologie planétariste oiseuse.

Les commentaires sont fermés.